Warning: preg_match() expects parameter 2 to be string, array given in /homepages/18/d394133182/htdocs/wp-includes/functions.php on line 5214

[20 Minutes] Logement – Emploi, accessibilité, prix: les réactions des professionnels du secteur aux mesures annoncées jeudi par François Hollande…

Offrir aux Français des logements accessibles et limiter la casse économique dans le secteur du bâtiment, ce sont les deux priorités affichées par les 20 mesures d’urgence annoncées jeudi (le 21 mars 2013) par le chef d’Etat.

Incitations à la construction et la rénovation

Sur le front de l’emploi, l’enjeu est colossal. Le secteur du bâtiment a perdu 12.000 emplois en 2012, selon l’Insee et l’année 2013 s’annonce dramatique avec 317.000 logements prévus contre 421.000 logements mis en chantiers en 2011.

Selon Élysée, le «pacte» proposé aux organismes HLM pour doper la construction de logements sociaux en contrepartie d’une TVA réduite à 5% devrait permettre de créer 45.000 emplois. Les mesures en faveur de la réduction des délais de construction et des lourdeurs normatives doivent aussi permettre de donner un coup d’accélérateur aux projets en cours. Enfin, une subvention de 1.350 euros aux particuliers et la réduction de la TVA à 5% pour la rénovation thermique des logements sociaux constituent un soutien affiché au secteur de l’artisanat.

«Ces orientations étaient très attendues par les entreprises. Si toutes les mesures du plan sont appliquées effectivement et rapidement, alors le secteur peut espérer des pertes d’emplois moins importantes que prévues», réagissait jeudi dans un communiqué Patrick Liébus, président de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), tout en regrettant que la TVA réduite ne soit pas étendue à la rénovation de tous les logements.

Même son de cloche chez la Fédération française du bâtiment (FFB) qui «se félicitait jeudi dans un communiqué que «le Président de la République et le Gouvernement aient décidé d’amplifier leur action dès aujourd’hui afin de soutenir l’activité, l’emploi et la satisfaction des besoins de nos concitoyens», tout en appelant à aller plus loin.

Le parc locatif privé négligé?

Sur le front de l’accessibilité au logement, le gouvernement a également annoncé une série de mesures destinées à accroître l’offre de logements dans le parc social tout comme dans le parc privé, et limiter la pression à la hausse sur les prix. Dans le parc social, en contrepartie de la baisse de la TVA les bailleurs sociaux devront s’engager à remplir l’objectif de 150.000 nouveaux logements sociaux par an à l’horizon 2017, au lieu de 100.000 aujourd’hui. Un nouveau statut du logement intermédiaire destiné aux classes moyennes doit aussi permettre de «proposer dans les grandes villes des loyers inférieurs au marché libre», a fait valoir François Hollande. La Caisse des Dépôts serait notamment prête à lancer la construction de 10.000 logements intermédiaires.

Dans le secteur privé, le gouvernement entend également faciliter la transformation de bureaux en logements et favoriser une densification de l’habitat dans les zones «tendues» en autorisant des dérogations aux règles fixées par les plans d’urbanisme. Sont notamment visés plus de 2,5 millions de m2 de bureaux vacants en Ile-de-France

Cela suffira-t-il à détendre le marché dans les zones les plus denses? Non, assure selon Jean-François Buet, le président de la Fnaim. «Ce sont des mesures fortes, mais libérer un terrain, lancer la construction et livrer un logement prend du temps. Selon nous, la solution se trouve dans les logements anciens existants dans les centres historiques des villes, et notamment dans les logements laissés vacants, pour des raisons de fiscalité ou de manque de confiance des bailleurs».

Sa proposition pour relancer la dynamique du marché locatif: un bail solidaire qui permettrait de proposer des loyers au moins 20% inférieurs à ceux du marché libre, en contrepartie, d’un vrai statut de bailleur protecteur. «Cette mesure permettrait de libérer à tout le moins 2 à 5% des 2 millions de logements vacants recensés par la Fondation Abbé Pierre, soit 40.000 à 100.000 logements», souligne Jean-François Buet, qui a demandé dès mercredi une audience auprès du Président de la République pour défendre son point de vue.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *