Biographie de Jean-François BUET

Carrière professionnelle

Jean-François BUET est né le 3 mai 1956. Il est aujourd’hui marié et père de trois enfants. Après des études de droit à la Faculté de Dijon, Il débute sa carrière comme responsable d’agence bancaire.
Il rejoint ensuite en tant que directeur commercial le groupe Pelège, grande société de promotion immobilière Dijonnaise. Il occupe ce poste pendant 10 ans et fonde ensuite sa propre agence. En 1993, Il fonde alors le groupe Buet Immobilier qui compte actuellement près de trente collaborateurs.
Jean-François BUET a également été intervenant à la Faculté de Droit de Dijon, en licence professionnelle « Gestion de l’immobilier locatif » et juge au tribunal de commerce de Dijon.
En novembre 2012, il a été élu Président du Groupe des organisations professionnelles de l’association APOGEE / Institut Français du Management Immobilier.

 

Parcours au sein de la FNAIM

Jean François BUET est Adhérent de la FNAIM depuis plus de vingt ans. Il a occupé l’ensemble des mandats aux échelons national et local.
Il a été Président de la FNAIM par intérim du 6 janvier au 6 avril 2004 puis a occupé la fonction de Président-adjoint du 6 avril 2004 jusqu’à mai 2007. Il est Secrétaire général de la Fédération depuis le 6 avril 2004, a présidé la Chambre FNAIM de Côte-d’Or du 12 juin 2007 au 25 juin 2012 et prendra la présidence de la Fédération Nationale de l’Immobilier le 1er janvier 2013.
Au sein de la FNAIM, il a mené une action remarquée en faveur de la formation en développant l’offre de l’École Supérieure de l’Immobilier (ESI), établissement créé en 2004, nouant des partenariats forts avec les principales institutions de formation du secteur. En tant que membre de la Commission paritaire Emploi Formation de l’Immobilier, il a favorisé la formation continue des professionnels. Il a aussi contribué à dynamiser la communication de la FNAIM et à la doter d’une image plus différenciante, grâce à des campagnes publicitaires audacieuses.
 

Élection  à la présidence de la FNAIM

Jean-François BUET a été élu Président de la Fédération Nationale de l’Immobilier le 25 mai 2012 pour un mandat de 5 ans non renouvelable avec 88,79 % des voix face à Loïc CANTIN, Président de la Chambre FNAIM de Loire-Atlantique, lors de l’Assemblée générale   de la FNAIM à La Baule. Il prendra ses fonctions le 1er janvier 2013, succédant à René PALLINCOURT, Président fédéral depuis 2004.
Le scrutin a rassemblé 659 électeurs, soit un taux de participation de 92,03 %. Les grands électeurs sont les Présidents et Délégués des 93 chambres départementales et régionales FNAIM, ainsi que les Présidents des commissions statutaires et métiers représentés au sein de la Fédération.
Jean-François BUET souhaite, au cours de son mandat :

  • Renforcer la visibilité médiatique et le poids politique de la Fédération ;
  • Faire de la FNAIM une organisation plus décentralisée et participative ;
  • Développer la formation initiale et continue, tant pour les dirigeants que pour les collaborateurs commerciaux ;
  • Assurer l’équité entre tous les adhérents de la FNAIM et permettre aux entreprises petites et moyennes de disposer des moyens professionnels les plus efficaces ;
  • Veiller à la transparence et à l’équilibre économique des activités de service aux adhérents ;
  • Intensifier les pratiques déontologiques de l’ensemble des professionnels.

Jean-François BUET entend donner à la Fédération une efficacité renouvelée en matière d’influence publique et de lobbying, dans une période où l’immobilier est la cible de mesures budgétaires et juridiques jugées par la profession très préjudiciables au marché et à ses acteurs. Il dénonce l’illisibilité et la brutalité des décisions de l’État pour l’immobilier, et plaide pour une refondation de la politique du logement, fruit d’une concertation avec les professionnels de la transaction et de la gestion.

ll souhaite également renforcer la sécurité des consommateurs par la création d’un conseil supérieur de l’immobilier, garant de la discipline professionnelle, de l’éthique et de la déontologie, des compétences et du règlement extrajudiciaire des litiges.

Enfin, il compte moderniser l’organisation de la FNAIM, en donnant aux chambres territoriales les moyens de l’action politique et médiatique, pour renforcer l’audience du syndicat.

 

 

 

9 Reponses à Biographie de Jean-François BUET

  1. PIMPEC STEPHANE dit :

    Monsieur Le Président, bonjour.
    En mes qualités d’ancien dirigeant de cabinet métropolitain pendant plus de 20 ans (27 collaborateurs, 8 000 lots principaux), de formateur indépendant dans les professions immobilières installé sur l’île de LA REUNION, expert judiciaire en copropriété (en attente d’inscription sur la liste), je me permets de prendre contact avec vous.
    Je suis également très sensible à vos credos qui me semblent être l’encadrement de la profession et la formation continue. Aussi, je ne peux que vous soutenir et vous faire partager mes souhaits de renforcement de cet encadrement, d’obligation de formation externe dans les cabinets.
    Sur cette île, je n’ai à cette heure, constaté, par exemple, aucune convocation et aucun procès-verbal d’assemblée générale de copropriété de régulier. Et le nombre de lots gérés augmente de par la défiscalisation.
    Je me mets à votre disposition et vous souhaite une bonne réception de ce message.
    Bien à vous, Monsieur Le Président. S PIMPEC

  2. constantini cedric dit :

    Bonjour,

    je lis depuis quelques mois vos declaration sur l’immobilier et j’avoue etre consterne par vos positions et propositions. En tant qu’analyste economique, comme le decrit l’article ci-dessous(cf les echos), la flambée des prix de l’immobilier (+100% en dix ans) a tué le pouvoir d’achat des citoyens, aggraver la crise du logement et a oblige les entreprises a augmenter les salaires de leurs employes. La part des primmo accedants, dans le nombre de transaction, est passé de 38% a 18 %. A part esperer une augmentation global des salaires de 100%, arretez s’il vous plait de soutenir les prix qui ne font que reduire la demande et detruire les emplois du secteur.

    Cordialement,

    Pourquoi Bercy veut voir baisser les prix de l’immobilier
    Les prix ont explosé en France alors qu’ils sont restés stables en Allemagne.
    Une étude de Bercy souligne les effets néfastes sur la compétitivité.

    Avis aux propriétaires : le gouvernement est décidé à lutter contre l’envolée des prix de l’immobilier. « Je ne veux pas de nouvelles bulles spéculatives », a indiqué la ministre du Logement, Cécile Duflot, hier dans nos colonnes. Défendant le recentrage des aides au logement, elle indique vouloir « soutenir la construction avec l’objectif clair d’une baisse des prix de l’immobilier, du foncier et des loyers ».
    Pour le gouvernement, cette stratégie part du constat que le boom immobilier a des conséquences « néfastes » sur l’économie. Non seulement en creusant les inégalités entre les Français, mais en dégradant la compétitivité des entreprises. Bercy a développé cet argumentaire dans le rapport économique, social et financier associé au Budget 2013. L’étude part du constat que les prix ont plus que doublé en France depuis quinze ans. Jusqu’à la crise, d’autres pays comme l’Espagne et le Royaume-Uni étaient dans le même cas. Mais pas l’Allemagne, premier partenaire commercial de la France, où les prix sont restés quasi stables (voir graphique). « En Allemagne, il est probable que la politique de forte modération salariale aurait été plus difficile à mettre en oeuvre si les prix de l’immobilier avaient connu la même envolée qu’en France », avance l’étude. Inversement, les entreprises hexagonales n’ont eu d’autre choix que de tenir compte des difficultés de leurs salariés face au logement. « En renchérissant notamment le coût du travail, la hausse des prix de l’immobilier pourrait ainsi avoir dégradé la compétitivité-coût des entreprises françaises », poursuit Bercy. Sans compter que les problèmes de logement freinent la mobilité des salariés et complique les recrutements.
    Autre argument avancé par Bercy : le coût élevé de l’immobilier pénalise d’autres dépenses des entreprises. Ce qui est investi dans le foncier ne l’est pas dans le capital productif. « Bien que le taux d’investissement de l’ensemble de l’économie ait été, depuis 2002, légèrement plus élevé en France qu’en Allemagne, l’Allemagne a connu un taux d’investissement hors construction supérieur depuis cette date ».
    Etalement urbain
    La bulle immobilière conduit également à un financement de l’économie moins efficace, avec une épargne orientée davantage vers les crédits immobiliers que vers le financement des entreprises. La pénurie d’offre dans les centres-villes pousse également à l’étalement urbain, avec ses conséquences en matière de pollution, de renchérissement des services collectifs (distribution d’eau, d’électricité…), de disparition de terres agricoles.
    Pour toutes ces raisons, « la lutte contre l’inflation immobilière dans les zones tendues est une priorité de la politique économique et sociale du gouvernement », insiste Bercy. Partageant le constat sur les effets néfastes en matière de compétitivité, Jean-Christophe Caffet, économiste chez Natixis, souligne toutefois « le risque que l’ajustement du marché porte davantage sur les volumes que sur les prix, engendrant un impact récessif fort sur le secteur et pénalisant la consommation, notamment les dépenses en biens d’équipement du logement qui sont très correlées aux transactions ». Ce qui ne servirait pas la croissance à court terme. Autre bémol, un repli de l’immobilier entraînerait une baisse des rentrées fiscales pour l’Etat (ISF…) et les collectivités locales (droits de mutation).

  3. REYNAUD COLONNA dit :

    Je souhaite féliciter la FNAIM pour son choix d’adhérents parmi les agences immobilières et……les syndics !!!
    Nous avons l’immense chance de « subir » SECIC SYNDIC AJACCIO .Une vitrine pour la FNAIM…….
    SECIC SYNDIC vient, paraît-il , de récupérer plus de 50000 euros de charges non payées ;Oui ! vous avez bien lu!Depuis plus de 15 ans un copropriétaire et sa famille ne payait pas ses charges (un spécialiste de l’immobilier ……)Il a fallu attendre qu’il veuille bien vendre…..
    La FNAIM est au courant depuis plusieurs années mais ,mais……
    Que va devenir cet argent? Nous ne sommes pas naîfs…..
    Salutations.

    • admin dit :

      Cher Monsieur,

      Nous vous invitons, si vous l’estimez nécessaire, à saisir notre Département Qualité dont notre organisation est dotée depuis 2005, et qui examinera votre réclamation.
      Il nous paraît néanmoins prématuré de porter tout jugement sur notre confrère.

      Veuillez trouver ci-joint le mail du Département Qualité : qualite@fnaim.fr

      Très Cordialement,

  4. Bel article, très bien ecrit, comme toujours sur ce site. Je repartage cet article tout de suite ! merci pour ces informations fortes interessantes.

  5. COLIN dit :

    Bonjour,
    Je fais suite à l’article « Construction. La Dégringolade se poursuit ».

    Je fais construire une maison dans le var. J’ai déposé une demande de PC au mois de mai 2014 auprès du bureau de l’urbanisme de ma commune. En ce qui concerne l’assainissement c’est le SPANC de la communauté de communes qui gére. Le problème est que dans ce service il y a une seule personne qui s’occupe de donner un avis favorable ou non au dossier assainissement.Naturellement cet employé est en vacances durant le mois d’aout et à ce jour 27/08/2014, l’urbanisme n’a toujours pas reçu l’avis du SPANC.
    Je pense qu’il y a un gros problème au niveau de l’attribution des permis de construire (c’est a dire au niveau de l’administration). Un futur propriétaire qui comprend pourquoi la construction individuelle dans notre pays est en pleine dégringoleda.
    Salutations
    Régis COLIN

  6. Arthaud dit :

    Bonjour,

    Un article qui ne manquera pas d’intéresser vos membres :

    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/crise-de-l-immobilier-meme-a-saint-162086

    Bien cordialement

    Georges Arthaud

  7. Bili dit :

    Les prix de l’immobilier sont restés stables en Allemagne mais ont explosé en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *